qui utilise Linkedin, Pourquoi

Qui utilise Linkedin, qui ne l’utilise pas… Pourquoi ?

Avant toute chose, et suivant le bon principe du « start with why », voici les 7 raisons pour lesquelles on utilise Linkedin, le réseau social professionnel de référence.

Suivant notre situation, on soigne plutôt bien son image Linkedin quand on est en recherche de visibilité (chercheurs d’emplois, recruteurs, commerciaux, resp. marketing/communication, consultants) et moins bien, voire minimaliste ou pire : on n’y est pas !… quand on est en « situation de confort » et qu’on n’a pas besoin de se mettre en avant pour les cas précédemment évoqués.

Les personnes qui soignent leur personal branding (marque personnelle) le font pour développer leur visibilité et faciliter leur mise en relation avec leurs cibles respectives, sachant qu’il ne faut surtout pas avoir une démarche frontale intrusive. Il faut agir en nuance et c’est là que le Social Selling prend toute son importance que l’on soit, notamment, commercial, chercheur d’emploi ou consultant.

Social Selling (définition) - L’altruisme est la qualité essentielle du social selling. Qualité qui se caractérise par des actes à priori désintéressés, ne procurant pas d'avantages apparents et &immédiats à l'individu qui les exécute, mais qui sont bénéfiques à d'autres individus et peuvent favoriser une reconnaissance mutuellement profitable au sein des réseaux où vous êtes actifs.

Une chose est certaine : être sur Linkedin il y a 3 ou 4 ans était différenciant, ne pas y être aujourd’hui est discriminant.

Parmi les 7 profils d’utilisation Linkedin cités dans ce tableau, les 5 premiers sont les « utilisateurs » pro-actifs majeurs de Linkedin.

les 7 profils utilisateurs Linkedin

4 raisons majeures qui rendent Linkedin incontournable

Il y a 4 raisons majeures qui font de Linkedin LE Réseau Social professionnel incontournable pour être visible et développer sa visibilité et son influence :

  • 500 millions d’abonnés au niveau mondial, et 14 millions en France.
  • Le hub de l’emploi – France et international – tant pour les offres des entreprises, que pour les cabinets de recrutement et les chercheurs / demandeurs d’emplois, qu’ils soient actifs ou en veille.
  • source d’information majeure pour se documenter sur les personnes en activité, à commencer par les leaders d’opinion, dirigeants, cadres, assistants/assistantes, techniciens
  • « Agora 2.0 » majeure du b2b pour le partage d’informations (curation) et de débats entre professionnels.

N’oublions pas que la 1ère raison de choisir un ou plusieurs réseaux sociaux, à titre professionnel, est de vouloir atteindre ses cibles. Et suivant notre éco-buisness, Linkedin peut être hors sujet, comme les métiers cités plus loin dans cet article.

Je vous fais grâce d’une liste à la Prévert de la richesse fonctionnelle Linkedin, tout simplement parce que Linkedin a la qualité de remarquablement bien nous documenter sur ses services. La meilleure preuve via ces 3 pistes :

5 préjugés sur les usages professionnels des réseaux sociaux

  • Je n’ai pas le temps
  • Ça n’est pas utile dans mon business, c’est futile diront certains.
    (Facebook, Google+, LinkedIn, Scoop-it, Twitter, YouTube, …)
  • La relation virtuelle n’a pas d’intérêt
  • C’est chronophage
  • Ce qui se dit sur les réseaux sociaux est affligeant

A tout seigneur, tout honneur : Les influencers

Influencer (définition) - « Influencer », terme spécifique Linkedin, est un leader d’opinion du monde professionnel ou politique, exclusivement invité par Linkedin à devenir influencer. Ils sont identifiables par le logo éponyme.

les influencers français Linkedin

Les élus et dirigeants « Influencers » français (pour ceux que j’avais suivis en janvier 2016), à l’exception de Jacques Attali, étaient relativement peu actifs en janvier 2016 (cf. article Barack, François, Nicolas… the Linkedin influencer winner is…). La majorité sont désormais très actifs sur Linkedin. Toutefois, vu la présence d’Angela Merkel, il faut rester humble concernant le leadership Linkedin… à moins qu’elle soit plus active sur Xing, le réseau social professionnel allemand.

Les chercheurs d’emplois et recruteurs

S’il y a bien 2 profils qui cherchent à se connaître, ce sont ces deux-là : chercheurs d’emplois et recruteurs. Et ils ont un souci commun : trouver la plateforme où ils auront le plus de chance de trouver la perle rare : le job pour le chercheur d’emploi et le collaborateur pour l’entreprise, via l’intermédiation (ou pas) du cabinet de recrutement.

Linkedin est désormais la plateforme dominante, nationale et internationale, des recrutements professionnels.


Clairement, depuis l’arrivée de Viadeo et Linkedin, les sites Job Boards sont en récession en terme de recherches Google. Et Linkedin progresse inexorablement sur tous les fronts : nombre d’abonnés, recherches Google, publications des influencers, offres d’emplois et nouveaux services (dans ce Google trends je n’ai pas pris en compte le pole emploi qui a une fonction administrative qui brouille la comparaison)

Point important pour les chercheurs d’emplois, ne confondez pas profil Linkedin et CV (lire l’article Lettre ouverte aux étudiants en recherche de stage (et aux chefs d’entreprises, DRH et responsables recrutement à la recherche de talents)

La publication d’offres d’emplois est une source de revenu majeur pour Linkedin. Inutile de vous préciser que ce sont des services particulièrement bien conçus. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les chiffres clés indiqués dans les profils des entreprises qui recrutent via Linkedin.

Les commerciaux (et services marketing / communication)

Paradoxalement, les commerciaux et services marketing traversent une grosse zone de turbulences, car bon nombre d’entre eux sont avec les réseaux sociaux b2b (Linkedin et Twitter) comme une poule avec une fourchette.

Comme nous l’explique Frédéric Bascuñana dans l’article infobésité et data-dictature : Dans les entreprises françaises, notamment au niveau commercial, il y a un niveau d’analphabétisme numérique qui fait froid sans le dos. Et les principaux freins au changement sur les nouvelles approches commerciales Social Selling et autres Inbound marketing, viennent du management.

Dans les entreprises françaises, notamment au niveau commercial, il y a un niveau d’analphabétisme* numérique qui fait froid sans le dos

Mais Frédéric souligne aussi, dans ce même article : Et l’homme dans tout ça ?

* Point de vue confirmé par mon article L’uberisation de la fonction commerciale b2b est en marche.

Pour les commerciaux qui doutent, voici 3 chiffres pour vous convaincre d’investir dans le #SocialSelling via Linkedin.

trouver les bonnes personnes sur Linkedin

Cas particulier des salariés du numérique

Il ne faut pas confondre métiers de l’informatique et métiers du digital marketing, qui ont autant à voir que le métier de docteur avec celui d’ingénieur. C’est pour ça qu’on a beau être expert de l’IT, on n’en est pas moins comme tout le monde : gérer efficacement son personal branding n’a rien à voir avec les techniques informatiques hardware et software, ou management de projets.

Cas particulier des responsables de la sécurité informatique

Si les CDO (Chief Digital Officer) doivent être (très) visibles, les CSO (Chief Security Officer) doivent être totalement invisibles, car la discrétion est une obligation dans ce job.

A l’heure où j’écris cet article, j’ai trouvé 9 217 Chief Security Officer sur Linkedin, dont 281 pour la France… sans commentaire !

Les consultants

Les consultants sont une population très active (dans l’absolu et en valeur relative, sur Internet cf. blogs) et plus particulièrement sur Linkedin via Pulse (blog Linkedin) ou via d’autres blogs business type le cercle les Echos, ou via leur propre blog.

Pour les consultants constitués d’une majorité de personnes en profession libérale (profession intellectuelle non réglementée), leurs publications sont le meilleur moyen de faire valoir leur expertise. Ils peuvent aussi publier des livres, mais ils n’auront pas le même poids en terme de référencement naturel Google  🙂  )

Non seulement ils sont nombreux à être rédacteurs patentés, mais ils sont très actifs sur le plan curation !

Ceci explique pourquoi les consultants constituent une part très importante des « 1% pro-actifs » qui sont influents par leurs publications (les réactifs font essentiellement de la curation, des likes, des commentaires et des partages).

Pour aller plus loin sur ce sujet, lire l’article  Enjeux d’un blog professionnel.

Ceux qui ne sont pas sur Linkedin

Les fonctionnaires

Par nature et par fonction, les fonctionnaires ne sont pas confrontés à des préoccupations d’employabilité, de commerce ou de marketing. Ils sont donc naturellement peu motivés pour s’investir dans les réseaux sociaux professionnels.

Ils sont fréquemment membres de groupes (sociaux) associatifs spécifiques, exemple : ADGCF – Association des Directeurs Généraux des Communautés de France. Le problème de ces réseaux est qu’on y vit en autarcie, on ne sort pas de sa zone de confort et on ne s’enrichit pas de la diversité sociale. C’est du Neuilly (sur Seine) ou Paris 16e virtuel.

Il y a néanmoins des métiers qui sont présents sur Linkedin, exemple : groupe TIC et collectivités locales.

Certains corps professionnels sont peu présents sur Linkedin par la nature de leur métier, car ils vivent dans des éco business « entre-soi » (ce n’est pas péjoratif dans mon propos, c’est un fait). C’est le cas des enseignants, des policiers et des militaires. Pour les policiers et les militaires ils ont en plus un souci de discrétion, plan vigipirate oblige.

Les métiers de la construction

Les métiers de la construction, du bâtiment et des travaux publics sont encore à la traine, car – comme les métiers de l’agriculture – ils sont depuis la nuit des temps dans une socialisation terrain. Le « social 2.0 » ce n’est pas trop leur truc : ils se tapent sur l’épaule, s’engueulent et se réconcilient à l’occasion des « gigots bitume ». Espérons que pour le bâtiment, le développement du Building Information Modeling (BIM) stimule leur pro-activité Linkedin en suivant l’exemple du groupe Ingénierie de la Construction.

 

D’autres métiers sont peu présents sur Linkedin : la santé, l’hospitalier et le commerce de proximité. Pour ces derniers – artisans, commerçants, métiers de bouche, restauration – Facebook et Google map ont clairement et logiquement leur préférence, car c’est là que se trouve leur clientèle cible. Il faut dire que Linkedin est surtout un réseau social professionnel business to business (b2b).

Dirigeants, élus et politiques

Certains dirigeants et CSP++ de 1er plan sont absents de Linkedin, tel Patrick Drahi (SFR, leader IT…) même s’il est incontournable sur Wikipedia et probablement sur BFM 😉

illustrateur graphiste dessins Didier Marandin

avec l’accord de son sympathique auteur marandin.com (dessin orignal pour le groupe France Agricole)

Les dirigeants et politiques qui résistent et ont une propension à se croire au-dessus du peuple n’en ont plus pour longtemps. Car mai 2017, au regard des résultats de la présidentielle, nous démontre que le vent tourne, comme le prouve objectivement les chiffres de mon tableau influencers.

Les politiques qui se croyaient indéboulonnables commencent à sérieusement vaciller (sujet à suivre avec les élections législatives 2017), quand ils n’ont pas déjà annoncé qu’ils ne se représenteraient pas !

Le show business, les sportifs, les journalistes et les médias

Telerama.fr et LinkedinMême motif et même raison que pour les métiers du commerce et de l’artisanat : le monde des sportifs, du show business, des acteurs/actrices, du théâtre, du cinéma et autres cabarets sont essentiellement sur Facebook (… les métiers du show business ne sont-ils pas des métiers d’artisanat et de commerce…)

Les journalistes (comme les politiques) font un focus sur Twitter. Car pour eux, le scoop (journalistes) et le « je te marque à la culotte » (politiques) sont leurs raisons d’être. Voilà pourquoi Twitter est incontournable pour eux et qu’ils en sont d’ailleurs les plus gros #Consom_Acteurs.

Le meilleur exemple du déni de certains médias pour Linkedin est le cas de Télérama.fr qui facilite la partage de ses articles sur Facebook, Google+ et Twitter, mais pas Linkedin ! Alors qu’ils publient des sujets professionnels ??

Linkedin ou Viadeo ? (pour conclure)

Je ne peux pas parler de visibilité Linkedin sans « considérer » Viadeo. Jusqu’au 25 novembre 2008 (date de la version française de Linkedin) Viadeo était en quasi situation de monopole en France. Progressivement Linkedin est monté en puissance par sa richesse fonctionnelle et la qualité des échanges qu’on y a. Alors que Viadeo aurait la réputation d’être plus actif en province (??) et serait surtout un portail à CV, raison probable pour laquelle il a été racheté par le Figaro en décembre 2016.

Sachant qu’on a tous un souci d’efficacité, être à la fois sur Linkedin et Viadeo est chronophage et contre-productif, alors voilà un critère objectif incontournable (Google trends en live) pour vous aider à faire votre choix !

Dernier argument (curation) : comparez sur combien de sites de presse business en ligne vous avez des boutons Linkedin pour partager les articles, par rapport à Viadeo…


Si cet article vous a plu, abonnez vous à mon blog 😉

Pour passer à l’action et vous approprier Linkedin et les usages business des réseaux sociaux, suivez une de mes formations ♦ Faire de Linkedin™ le levier de son développement  ♦  Linkedin développement commercial et Social Selling  ♦  Linkedin pour les chercheurs d’emploi  ♦  formation pour définir sa stratégie Réseaux sociaux

5 commentaires : “Qui utilise Linkedin, qui ne l’utilise pas… Pourquoi ?”

  1. Michel Verdure

    17 mai 2017

    Salut Decibel
    Par curiosite j’ai lu ton article et je dois dire que tu m’ a decoiffer
    Impressionant! Quel beau travail
    Tu es un crack dans ton domaine Bravo
    Michel

  2. Caramba je suis démasqué 🙂

    Merci Michel pour ton commentaire et au plaisir de te retrouver après 38 ans d’une belle aventure. Pour éclairer ceux qui ne connaissent pas : mon pseudo Décibel date de l’époque où j’étais au Club Med GO ingénieur du son… mon évolution métier a suivi celle de la techno : je suis passé au Revox de poche ;-). C’était à cette belle époque (1979) de notre vie de GO Club Med aux Bahamas : une saison exceptionnelle de 9 mois dont voici quelques traces 😉

    J’espère que tout va bien pour toi dans ta vie américaine d’underwater photography.

    Bien amicalement.

    PS : j’offre une bouteille de champagne à celle ou celui qui me reconnaitra sur les photos d’intro de la vidéo

  3. Jean Libercier

    17 mai 2017

    Article très instructif et intéressant. Oui, Il faut du temps pour s’occuper de LinkedIn ou de son site, mais après le travail fait peu être vu par beaucoup de gens qui peuvent chercher ce que nous présentons.
    Le Français est une langue vivante qui évolue. Je compte sur toi pour proposer à nos académiciens des mots français qui pourraient remplacer avantageusement toutes les expressions anglaises du texte.

  4. Bonsoir Jean. Je n’ai pas de réponse tranchée et radicale façon loi Toubon de défense de la langue française, parce qu’il y a des mots qu’il est vain de vouloir franciser comme « mél » pour email dont l’académie française a voulu franciser maladroitement la prononciation. Nos cousins québécois sont plus fins et meilleurs défenseurs de notre belle langue, exemple avec ces deux néologismes « courriel », et « pourriel » (pour spam).

    Même le verbe twitter fait partie de nos conjugaisons : il aurait fallu que nous twittassions. Essaye d’écrire « j’ai envoyé un gazouillement », ou « j’ai gazouillé » au lieu de « j’ai twitté » : au mieux tu seras incompris et inaudible, au pire tu seras moqué… via des tweets sarcastiques !

    Par contre, j’ai les nerfs en pelote à chaque fois que j’entends le mot « challenge » et toutes ses déclinaisons en franglais (challenger, challenging, challengeur). Et je ne me prive pas de twitter l’article challenge du jour : utilisez le mot défi 😉 aux journalistes récalcitrants !

  5. Ed

    5 juillet 2017

    Bonjour,
    J’ai lu et apprécié votre article.
    Ça m’aide à comprendre l’engouement qu’on peut voir pour les réseaux sociaux professionnels.
    Merci
    Ed

Laisser un commentaire