webleads-tracker

article : comment prendre des vacances déconnectées

Vacances déconnectées : comment bien s’y préparer

Comme pour la gourmandise, avec les usages du numérique on est nombreux à être atteints d’overdose, et pour nous sevrer, il nous faudrait faire une séance de jeûne avant de revenir à un juste milieu. Mais pour vos prochaines vacances, je vous propose de passer de l’ « addiction digitale » à la consommation raisonnée, sans passer par le jeûne.

Pour mémoire la France est le premier pays à avoir intégré le droit à la déconnexion dans les textes de loi (cf. loi El Khomri, appelée plus communément « loi Travail »). Depuis le 1er janvier 2017, le droit à la déconnexion oblige les entreprises de plus de 50 salariés à trouver un accord d’entreprise sur la gestion de la disponibilité des employés en dehors des horaires de travail (source Wikipédia Droit à la déconnexion). Et nous savons tous qu’entre la loi et son application à titre individuel il y a un fossé souvent très large. La multitude des notifications (professionnelles et personnelles) que nous recevons sur nos smartphones en sont la meilleure preuve.

Note : Paradoxalement, cette loi ne concerne que le secteur privé… Comprendra qui voudra dans le secteur public (source : La Croix du 15/08/2017 Des vacances en toute déconnexion ? )

Notre addiction digitale en quelques chiffres

« 75% des cadres avouent consulter leurs emails pendant leurs week-ends et leurs congés*, ils sont en même temps 82% à juger cet accès permanent négatif », dixit Carole Benichou, Microsoft France.

Comme Carole, revendiquez haut et fort « un droit à la connexion où je veux, comme je veux et quand je veux ».

* Ils étaient 78% en 2017. Ces chiffres sont à pondérer car ils varient d’une étude à l’autre. BVA Opinion / Tryade nous indique que 47% des salariés consultent régulièrement leur messagerie le week-end ou pendant les vacances (43%) ; consultation qui est source de stress pour près d’un salarié sur deux.

Pour les millennials **, un sur deux est prêt à quitter son poste s’il estime que la technologie fournie par l’employeur n’est pas conforme à ses attentes. Les dirigeants doivent considérer ce sujet attentivement, car 38% des salariés français estiment que la technologie mise à leur disposition par l’entreprise n’est pas assez smart, has been, ou trop peu évolutive, en clair pas adaptée aux usages d’aujourd’hui…

** une génération qui échappe aux catégories 🙂

Autres chiffres instructifs

  • Un cadre travaille maximum 3 minutes sans interruption digitale,
  • Nous serions jusqu’à 26 % plus productif quand notre smartphone se trouve hors de portée,
  • Nous consultons en moyenne 221 fois par jour notre Smartphone,
  • 44 % du temps passé sur Internet au travail concerne notre vie personnelle

source : Abandonner votre smartphone pour devenir plus productif, Cadre & Dirigeant magazine, 6 mars 2018)

Certaines entreprises ont pris le taureau par les cornes en ne permettant plus à leurs employés de recevoir et émettre des emails en dehors des heures de bureau (i.e. : entre 19H00 et 7H00, et le week-end). Ils peuvent toujours les écrire, mais ils ne seront acheminés que pendant les heures ouvrables de leur messagerie… donc autant s’occuper de notre petite famille 😉

Reprenons possession de notre temps

Il nous appartient de faire un break pour profiter pleinement de nos vacances, avec notre famille et nos amis. Chacun devra adapter sa déconnexion à son environnement professionnel dont la palette va des freelances aux managers d’entreprises internationales pour lesquels le soleil ne se couche jamais.

Si vous souhaitez faire un break ultime « pour que le silence vous réapprenne à attendre«  vous pouvez faire quelques jours de retraite spirituelle dans une des très nombreuses hôtelleries monastiques que compte notre belle France (cliquez sur la carte des communautés monastiques pour vous aller sur le site de La Fondation des Monastères

​Ne manquez plus rien

​Inscrivez-vous ​pour recevoir ​les prochaines publications du blog directement dans votre boite mail.

​Ce formulaire est conforme au RGPD, (en savoir plus)

carte des hôtelleries monastiques

Autre possibilité à laquelle j’ai goûtée : faire la première étape du chemin de Saint-Jacques de Compostelle au départ du Puy-en-Velay. Déconnexion incontournable pour cause de désert hertzien sur une bonne partie du parcours.

chemin de Saint-Jacques de Compostelle au départ du Puy-en-Velay

Autre solution, allez découvrir un pays extra-ordinaire : Madagascar

J’ai eu le plaisir de découvrir Madagascar grâce à un de mes enfants qui y travaille comme responsable agro depuis 5 ans. Et ce pays à – malheureusement pour sa population – la qualité de son défaut. Car c’est un pays très pauvre et son défaut est d’avoir des infrastructure défaillantes, en particulier les infrastructures routières. Du coup, l’industrie du tourisme à l’occidentale n’y est pas développée, et ce qui est une bonne chose pour les consommateurs de tourisme équitable (dont je suis), est malheureusement pénalisant pour l’économie malgache.

vacances deconnectées à Madagascar

île de Nosy Tanikely à proximité de de celle de Nosy Be : le paradis sur terre

Entre ne rien faire et opter pour une vie d’ermite « zéro digital », je vous propose ces 6 réflexes +4 pour vous déconnecter à bon escient pendant vos vacances

  1. Assurez votre intérim, la veille de votre départ en vacances, organisez votre absence avec votre équipe, afin que les présents gèrent les affaires courantes en votre absence. Informez votre « intérim » sur les points clés de vos dossiers en cours. Bref : profitez de cette occasion pour matérialiser la confiance que vous faites à votre équipe !
  2. Message d’absence de vos messageries – Pour ne pas se retrouver submerger d’emails à votre retour de vacances, utilisez la méthode éprouvée en paramétrant votre messagerie avec une réponse automatique du type »Je suis absent du 25 juillet au 16 août. A mon retour, pour ne pas être victime d’infobésité, je ne lirai pas les messages que j’aurai reçus durant cette période***. En cas d’urgence, contactez ma collègue Agathe Zeblouse, au 01 40 12 34 56″.Et surtout désactivez vos boites emails sur votre smartphone, voire ne prenez pas votre smartphone pro pendant vos vacances, au mieux mettez-le sur off.*** Version radicalisée efficaciTIC j’en conviens. Le but étant que vos interlocuteurs ne vous inondent pas d’emails et attendent votre retour de vacances… vous constaterez qu’ils seront une minorité à vous envoyer des emails, à votre retour de congés, sur une question qu’ils voulaient vous poser pendant votre absence… Nous ne sommes pas tant le centre du monde que la socialisation 2.0 voudrait nous le faire croire 😉
  3. Break-Media – Les journalistes têtes-d’affiche sont en vacances (ils sont remplacés par des intérimaires) alors faites aussi un break-media et laissez tomber tous les médias électroniques d’information : journaux en ligne, radios, BFM, LCI, France 24, CNews, et autres journaux TV du 20 Heures. Achetez un bon journal papier de votre choix au café du matin, voire contentez-vous du JDD qui donne une excellente synthèse de l’actualité hebdomadaire passée.
    A une exception près, je ne vous reprocherai pas de podcaster la rediffusion, quotidienne cet été, des chroniques de la haine ordinaire (France Inter) de notre tendre Pierre Desproges
  4. les triangles rouges indiquent les fonctions à désactiver  (image iPhone)

    Paramétrage des notifications – Mettez toutes vos apps messageries et réseaux sociaux en dernière page de votre smartphone. Désactivez à minima (voir image écran iPhone) :
    o les notifications sonores
    o les affichages sur l’écran verrouillé
    o Dans l’Historique
    o Sous forme de bannières
    o Afficher les aperçus = Jamais

  5. Désactivez les notifications de données (3G, 4G, WiFi). C’est un moyen radical pour ne plus être importuné par les emails et notifications, en ne conservant que la fonction élémentaire de téléphone. Même si vous coupez d’autres services considérés comme utiles (pas nécessairement, voir mes recos ci-après «Réflexes collatéraux »)
  6. Solution radicale : laissez votre smartphone au placard et remplacez le par un Nokia 3310 pour moins de 50 € (attention il ne fait que téléphone et sms : pas de photos ni vidéo  ).Comme toutes solutions radicales, elle présente un gros défaut : si vous avez une urgence type trouver un médecin via Google map ou prendre rdv avec un médecin, toutes spécialités confondues, via Mondocteur.com et autres Doctolib, ce sera impossible avec le Nokia 3310. Encore que le plan B sera de faire appel à une âme charitable qui vous prêtera momentanément son smartphone.

Réflexes collatéraux

  1. Laissez tomber le GPS en vous amusant avec les enfants à faire vos itinéraires (courtes ou longues distances) avec des cartes Michelin ; et confiez le rôle de copilote à un de vos enfants.
  2. Fini TripAdvisor : préparez vos journées à partir du guide du routard local ou de Lonely Planet
  3. Pour vos soirées fou-rire, ressortez les jeux de société de votre grenier
  4. Pour donner des nouvelles à la famille et vos amis, laissez tomber l’effet narcissique des stories, Instagram, Facebook et autres vidéos live : revenez aux cartes postales. Ce sera une bonne occasion de faire un exercice collectif « le tweet de la plume sergent major.

Je suis bien conscient – par addiction pour ces fonctions – que l’ « app » appareil photo et caméscope rend les smartphones incontournables pendant les vacances. Mais ces applications fonctionnent en étant en mode avion. Isn’t it ?

Vous l’avez compris : le break-digital est une question de volonté. Partez du principe que pendant votre non-connexion, tant à titre privé que pro, la terre ne s’arrêtera pas de tourner. Pour les + de 40 ans retrouvez vos réflexes grégaires et découvrez les pour les millennials.

Pour les irréductibles-accros qui veulent à tout prix ne pas voir fléchir leur Social Selling Index (SSI), ne regardez vos messages et notifications réseaux sociaux qu’une fois par jour, en vous isolant 30 minutes pour ne lire et répondre qu’à l’indispensable.

Pour ceux qui auraient besoin d’être plus convaincus, voici le livre qui sera un investissement utile pour atteindre un bon « ROI » vacances 😉

2 heures chrono pour se déconnecter (et se retrouver) « Digitale Détox estivale étape 2 », par Virginie Boutin et Fabienne Boucaret (éditions Dunod, mai 2018, 160 pages)

2 heures chrono pour se déconnecter (et se retrouver) « Digitale Détox estivale étape 2 »

Bien sûr, vous sélectionnerez la version papier 😉

4e de couverture - Impossible de lâcher votre smartphone? Vous (re)concentrer est devenu un challenge? Vérifier ses mails plusieurs fois par heure, regarder son téléphone dès qu’une notification apparaît, surfer sur les réseaux sociaux machinalement, interrompre systématiquement une tâche en cours pour prendre un appel… Que celui ou celle qui ne se sent pas concerné(e) lève le doigt ! 

2 heures Chrono pour déconnecter (et se retrouver) vous invite à repenser votre relation au digital pour mieux la gérer au quotidien. C'est le petit livre pratique pour : 1) apaiser votre relation au digital  2) mieux utiliser votre temps 3)  gagner en efficacité dans votre travail

Etant moi-même atteint de ce mal, surtout parce que « mon Métier est mon plus jouet », je partagerai avec vous mon retour d’expérience… serai-je un cordonnier bien chaussé… affaire à suivre 😉 .

Et je vous annonce tout de suite que j’utiliserai mon Joker pour faire des extraits vidéo du concert de Carlos Santana, le 13 août à Jazz in Marciac 😉 (que je rêve de voir in real life depuis mes années Woodstock 😉 )

Et n’oublions jamais que nous sommes tous le carburant des réseaux sociaux. Alors arrêtons durant quelques semaines de donner de notre temps de cerveau disponible aux Marc Zuckerberg, Tim Cook, Satya Nadella et autres Larry Page, pour nous occuper de notre petite famille.

___________________

Bilan de rentrée de ma déconnexion estivale au travers de ma courbe Linkedin « Qui a consulté votre profil » au 4 septembre 2018

Et cerise sur le gâteau, voici un petit extrait du concert de Carlos Santana à Marciac (captation et montage avec mon iPhone) avec 10.000 personnes, debout, sous le chapiteau ! Je dois vous avouer que nous avons tous été bluffé par sa jeune épouse à la batterie dont voici un extrait d’un autre concert.

3 commentaires : “Vacances déconnectées : comment bien s’y préparer”

  1. Anne Connin

    26 juillet 2018

    Je suis entièrement d’accord avec toi Jean-Philippe, vive la consommation raisonnable des usages du numérique pendant les vacances !

  2. Scoop du vendredi 10 août 2018 – Pie, la nouvelle version d’Android intègre la fonction « bien-être numérique » qui permet à l’utilisateur de fixer une limite de temps à passer en une journée sur chaque application, par exemple YouTube mais aussi les réseaux sociaux des concurrents de Google. Une fois la durée écoulée, Facebook ou Snapchat se ferme pour ne plus s’ouvrir pendant quelque temps.

    Pour en savoir plus, lire l’article Les Echos La déconnexion, un enjeu pour les fabricants de smartphones

  3. C’est la rentrée, France Inter comme tous les médias reprend son bâton de polémiste. Le chroniqueur Xavier de La Porte s’est fendu d’une chronique ce matin : la connexion jouissive… Faute d’avoir senti la tendance à la déconnexion pendant les vacances (les articles sur ce sujet étaient nombreux en cet été 2018) ce journaliste nous vente les intérêts de « la connexion jouissive ». Il faut dire – comme je le souligne dans mon présent article – que je recommandais une déconnexion des réseaux sociaux ET DES MEDIAS, surtout de toutes les sources d’infos en continue. Et force est de constater que les journalistes et les médias ont de grands intérêts à valoriser les réseaux sociaux qui leur permettent de booster leur buzz, donc leur audimat, donc la vente au meilleur prix des espaces de pub. CQFD

    PS : ma déconnexion estivale de cet été m’ayant été très profitable, j’en ai profité pour lire « l’HOMME NU La dictature invisible du numérique ». Résultat de ces 2 actions (régime réseau sociaux + le livre): je lève le pied sur l’usage des Facebook, Google+, Linkedin, Twitter… pas folle la guêpe : elle ne tient plus à donner trop de son « temps de cerveau humain disponible » à des plateformes qui ne servent pas tant que ça ses intérêts (attention je n’ai pas dit que je ne les utilisais plus)

Laisser un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.