du Televisor à YouTube

Petite histoire de la vidéo : pourquoi utiliser YouTube

La consommation de YouTube par rapport à la télévision traditionnelle est une affaire de générations. Et je vais vous expliquer pourquoi, afin que vous sachiez mettre le curseur de la communication vidéo en position haute ou basse en fonction de vos cibles, indépendamment de vos secteurs d’activités.

La figure ci-dessous (1), nous démontre à l’évidence (trait vertical pointillé rouge) qu’il y 2 générations sur l’utilisation de la vidéo à l’heure de la démocratisation de la vidéo sur les smartphones. Les moins de 30 ans qui privilégient la vidéo en ligne et les autres qui privilégient la TV traditionnelle… et plus on monte dans les tranches d’âges, plus les membres de la « génération Michel Drucker» sont nombreux 😉

Nielsen Total Audience Report 3Q15 (fig. 21)

L’appétence pour les différentes formes de techniques et de consommation vidéo est donc une affaire de générations. Et nous savons tous (les plus de 30 ans :-)) que c’est à 20 ans qu’on est le plus marqué par les technos qui nous entourent.

La génération Jean-Pierre Elkabbach (1937) avait 20 ans à l’époque où la TV 4/3 de 819 lignes ne concernait qu’une minorité de français, et il n’y avait qu’une chaîne jusqu’en 1964. La génération Christine Bravo (1956) avait 20 ans à l’arrivée de la télévision couleurs.

1984 est un très grand millésime de la télévision française – et des radios – avec la fin du monopole d’état (à l’époque il y avait un ministre de l’information qui gérait la censure !) dont l’événement marquant a été la naissance de Canal + qui a révolutionné le style des émissions TV.

En 1985, l’arrivée et la démocratisation rapide des caméscopes analogiques a fait passer la durée d’enregistrement du film Super8 de 3 minutes à la vidéo K7 réenregistrable d’une heure. Puis, 20 ans plus tard en 2004, est arrivé le caméscope numérique. Mais la technologie des enregistreurs (magnétoscopes et caméscopes analogiques ou numériques) avaient encore un gros handicap : le transport se faisait par K7.

En 2005 – il y a seulement 11 ans – la naissance de YouTube va révolutionner les usages de la vidéo pour 3 raisons : gratuité du média, diffusion instantanée et planétaire (pour le meilleur et malheureusement pour le pire). Grosse cerise sur le gâteau les smartphones avec la 4G ont fait sauter le dernier point faible : la vidéo se consomme en mode ATAWAD (Any Time, Anywhere, Any Device).

Ce dont il faut prendre conscience, c’est qu’aujourd’hui toutes les techniques qui permettent de produire de la vidéo : la captation avec un smartphone HD, le montage, la mise en ligne sur YouTube en HD et enfin la diffusion par les réseaux sociaux, sont accessibles à tous, quasi gratuitement.

Dans le monde professionnel, le basculement début des années 90 de la vidéo analogique à la vidéo numérique (cameras, magnétoscopes, bancs de montage) est une révolution qui va rendre toutes ces techniques de plus en plus accessibles. La vidéo numérique atteindra très rapidement le grand public, jusqu’aux logiciels de montage disponibles en standard sur les PC Windows avec Movie Maker ou iMovie pour Apple. Depuis 3 ans, de plus en plus de reportages vidéos sur l’actualité se nourrissent de captations faites avec des smartphones.

En 1990 – à l’heure de l’analogique et des écrans à tube 4/3 en 819 lignes – le prix des équipements, la complexité des outils, les moyens de diffusion limités au broadcast et aux K7, sans oublier le nombre de personnes nécessaires pour réaliser la moindre vidéo, mettait le prix de la minute produite à plusieurs dizaines de milliers de francs ; et tout ça pour atteindre un nombre relativement limité de téléspectateurs.

En 2016, un smartphone permet de faire des captations haute définition 16/9 (HD 1024 x 1920) de plusieurs heures, de faire le montage dans la foulée, de télécharger la vidéo réalisée sur sa chaîne YouTube et, enfin, de diffuser des vidéos sur son blog et via les réseaux sociaux en quelques clics… pour atteindre en quelques heures plusieurs milliers, voire millions, d’internautes.

A titre d’exemple, voici une vidéo que j’ai réalisée au débotté en mars dernier avec mon iPhone6

pub - ELECTRO DELUXE est un groupe génial que je vous recommande d'aller voir. Il se produit dans toute la France et au-delà, notamment à Paris pour la sortie de leur nouvel album, le 7 octobre au TRIANON avec un set flambant neuf.

Alors je vous affirme qu’un iPhone6 à ≈ 800 € (ou son équivalent Samsung) ne coûte rien compte tenu de ce qu’il permet de faire (vidéo mais pas que) … à condition d’apprendre à s’en servir 😉

histoire de la vidéo - du début YouTube

cliquer sur l’image pour l’agrandir

La courbe rouge de cette figure représente à la fois le nombre d'utilisateurs, l'évolution technologique et la vitesse de diffusion pour atteindre la cible (aujourd'hui on est dans le règne de l'instantanéité, au point que les chaînes de télévision se nourrissent quotidiennement de YouTube pour les journaux télévisés). Le démarrage de la prochaine évolution a commencé avec la « vidéo 4K » (définition multipliée par 2 avec 4096 pixels de large (3840 pour la TV UHD) en comparaison des 1920 pour la haute définition)
  1. 26 janvier 1926 : L’ingénieur écossais John Logie Baird (1888-1946) et son équipe, font la démonstration du « televisor ». Ils sont les premiers au monde à transmettre une image d’objets en mouvements.
  2. 14 avril 1931 première transmission française, par René Barthélemy, devant 800 invités, d’une image de 30 lignes.
  3. 26 avril 1935 première émission officielle publique de télévision française, en 60 lignes.
  4. 20 novembre 1948 le standard d’émission en France est désormais en 819 lignes. La France est le seul pays à l’adopter avec la Belgique pour ses émissions francophones, les autres pays choisissant les 625 lignes.
    Je vous laisse apprécier les talents de visionnaire du réalisateur de ce reportage de 1947  🙂 dont les séquences devant la Fontaine des Innocents et le métro sont étonnantes de réalité.
  5. 1953 Le couronnement d’Élisabeth II est suivi en direct par 20 millions de personnes rien que dans le Royaume-Uni.
  6. 11 juillet 1962 premières images de télévision transmises en direct par satellite entre Andover (Maine) (États-Unis) et Pleumeur-Bodou (Bretagne, France).
  7. Décembre 1975 passage de la 1ère chaîne en couleur en région parisienne sur un émetteur spécifique.
  8. 1975 – 1976 Commercialisation de l’enregistrement magnétique vidéo analogique sur 2 formats principaux : Betamax (Sony) et VHS (JVC).
  9. 4 novembre 1984 Fin du monopole des chaînes publiques avec la mise en service à 8h00 du matin de la 4e chaîne hertzienne de télévision française, sous le nom de Canal+.
  10. 1985 Naissance des caméscopes analogiques grand public, qui a signé la mort des films argentiques Super 8, avec allongement des durées d’enregistrement sur un support qui passe de 3 à 60 minutes.
  11. 2004 Commercialisation des caméscopes avec k7 numériques grand public DV et miniDV (Sony).
  12. 31 mars 2005 création de la TNT (Télévision numérique terrestre) avec 8 nouvelles chaînes. Développement des écrans plats HD 1920 x 1024.
  13. Février 2005 – création de YouTube : site web d’hébergement de vidéos sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, évaluer, regarder, commenter et partager des vidéos. Il a été créé par Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim, trois anciens employés de PayPal et racheté par Google en octobre 2006 pour la somme de 1,54 milliard de dollars.
  14. 2007 Commercialisation du 1er iPhone d’Apple qui intègre les fonctions de téléphone, baladeur musical, appareil photo et caméscope. Qui sera suivi de peu par Android (Google) associé aux équipementiers dont Samsung est le leader.

Aujourd’hui – en 2016 – la qualité photo et vidéo des smartphones a atteint un tel niveau, que le marché des appareils photos et caméscopes numériques est en chute libre.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin sur cette petite histoire de la vidéo : du Televisor à YouTube, voici quelques sites qui méritent le détour :

____________________

(1) source : Nielsen Total Audience Report 3Q15

4 commentaires : “Petite histoire de la vidéo : pourquoi utiliser YouTube”

  1. PI : mon confrère Noël Nguessan a publié en mars dernier un article complémentaire au mien : YouTube Connect permet à Google de se lancer dans la vidéo en direct

    Google a finalement décidé de se lancer, et c’était prévisible, dans la course de la vidéo en direct et en streaming avec pour objectif de ne plus laisser le champ libre à Periscope et Facebook Live Video qu’il va concurrencer via YouTube Connect qui sera disponible sur les appareils iOS et Android.

  2. Le coût de l’incompétence informatique en France est de 8500 € par an/salarié (fourchette basse)

    27 octobre 2016

    […] Dans le titre j’annonce que ce coût de 8500 € est la fourchette basse. C’est tous simplement basé sur mes observations des usages du numérique auxquels je suis très attentif par déformation professionnelle. Il m’est impossible de vous donner une fourchette haute, mais une chose est certaine, tout ce complique : le nombre d’outils et d’applications numériques augmentent au fil du temps, sachant que la vitesse de l’innovation numérique est exponentielle (voir à titre d’exemple, sur une relative longue période, la courbe d’évolution des technologies vidéo sur mon article Petite histoire de la vidéo : pourquoi utiliser YouTube). […]

  3. Petite histoire de la vidéo : pourquoi u...

    9 novembre 2016

    […] La consommation de YouTube par rapport à la télévision traditionnelle est une affaire de générations. Et je vais vous expliquer pourquoi, afin que vous sachiez  […]

  4. La boîte à outils pour réaliser des vidéos professionnelles avec son smartphone : iPhone et autres Android

    10 février 2017

    […] Le métier de MOJO (MObile JOurnalsime) explose. Ces nouveaux chasseurs d’images ont la particularité d’être en majorité des indépendants, tant sur le plan technique que statutairement. Métier né en 2005 – l’iPhone n’était pas encore né – qui s’est développé à ses débuts avec des caméras légères, à prix très abordables du fait notamment du remplacement de l’enregistrement sur bande par un enregistrement mémoire (cf. article Petite histoire de la vidéo). […]

Laisser un commentaire